AFP

diplomatie Afghanistan conflit armées USA,PREV 21 Şubat 2020 - 19:46

Afghanistan: près de deux décennies d'intervention américaine (CHRONOLOGIE) Kaboul, 21 fév 2020 (AFP) - Les Etats-Unis sont intervenus en Afghanistan en 2001, à la tête d'une coalition internationale, pour chasser Al-Qaïda de ses sanctuaires après les attentats du 11 septembre. Voici les faits marquants de leur présence sur le sol afghan. - 'War on terror' - Le 7 octobre 2001, moins d'un mois après les attentats du 11 septembre qui ont fait environ 3.000 morts aux États-Unis, le président George W. Bush lance l'opération "Enduring Freedom" en Afghanistan. Le régime fondamentaliste taliban, à la tête du pays depuis 1996, abritait Oussama Ben Laden et son mouvement Al-Qaïda, responsables des attentats. L'opération ouvre un nouveau front militaire pour les États-Unis : la "guerre contre le terrorisme" ("War on terror"). En quelques semaines, les forces dirigées par les États-Unis renversent les talibans. Environ 1.000 soldats américains sont sur le terrain en novembre 2001, et 10.000 l'année suivante. - Une guerre oubliée - L'attention des États-Unis est détournée de l'Afghanistan lorsque les forces américaines envahissent l'Irak en 2003 pour chasser le dictateur Saddam Hussein. Les talibans et autres groupes islamistes se regroupent dans leurs bastions du sud et de l'est de l'Afghanistan, d'où ils peuvent facilement rejoindre leurs bases des zones tribales pakistanaises. Ils lancent une insurrection. En 2008, le commandement américain en Afghanistan demande des renforts, que le président Bush décide d'envoyer. - Un pic de 100.000 soldats - En 2009, Barack Obama, élu président après avoir fait campagne sur la fin des guerres d'Irak et d'Afghanistan, renforce massivement le déploiement américain. En décembre, il annonce l'envoi de 30.000 soldats supplémentaires. L'objectif est de contrecarrer l'insurrection croissante des talibans et de renforcer les institutions afghanes. Il affirme que les troupes américaines commenceront à rentrer chez elles après 18 mois. Mi-2011, plus de 150.000 soldats étrangers sont déployés en Afghanistan, dont 100.000 Américains. - La mort de Ben Laden - Oussama Ben Laden est tué le 2 mai 2011 lors d'une opération des forces spéciales américaines au Pakistan. - Fin des opérations de combat - Le 31 décembre 2014, l'Otan met fin à sa mission de combat en Afghanistan. Mais, selon des accords conclus quelques mois plus tôt, il reste 12.500 soldats étrangers, dont 9.800 Américains, pour former les troupes afghanes et mener des opérations antiterroristes. Le niveau de sécurité en Afghanistan se dégrade à mesure que l'insurrection des talibans s'étend, le groupe État islamique (IS) devenant également actif dans le pays en 2015. - Renforts américains - En août 2017, le nouveau président américain Donald Trump abandonne tout calendrier de retrait américain. Il renvoie des milliers de soldats supplémentaires en Afghanistan. En avril 2017, l'armée américaine largue "La mère de toutes les bombes", l'engin non nucléaire le plus puissant qu'elle ait jamais utilisée au combat, sur un réseau de tunnels et de grottes de l'État islamique dans l'est du pays. Les responsables afghans affirment qu'elle a tué 96 djihadistes. A la mi-novembre, quelque 3 000 soldats supplémentaires renforcent les 11.000 déjà déployés. Mais les attaques meurtrières se multiplient, en particulier contre les forces afghanes. Les États-Unis intensifient considérablement leurs frappes aériennes. 2018 puis 2019 marquent des années record sur la dernière décennie de guerre pour le nombre de bombes et autres munitions larguées sur le sol afghan. - Discussions - Mi-2018, des représentants de Washington et des talibans entament discrètement des négociations à Doha. Un projet d'accord prend forme, prévoyant une réduction de la présence militaire américaine en Afghanistan. En contrepartie, les États-Unis exigent notamment des talibans qu'ils empêchent que le pays ne serve de refuge à des groupes jihadistes, dont al-Qaïda. Mais dans un contexte de violence continue des talibans, M. Trump, en septembre, annule les pourparlers, furieux de la mort d'un soldat américain dans un attentat à la bombe à Kaboul, avant d'autoriser leur reprise. Le 21 février 2020, insurgés et États-Unis annoncent une semaine de réduction de leurs opérations militaires, qui démarre samedi. Si la mesure est concluante, les deux parties ont l'intention de signer l'accord américano-taliban le 29 février. bur-cds-jmy/jf/avz

84. Sayı