AFP

Nigeria transport armée piraterie,LEAD 18 Şubat 2020 - 21:36

L'armée nigériane mène des raids de représailles et brûle des dizaines d'habitations Warri (Nigeria), 18 fév 2020 (AFP) - L'armée nigériane a incendié des dizaines de maisons de civils, en représailles à des attaques de bandes armées dans le sud du pays, en proie à la piraterie, et dans le centre, coeur d'un conflit entre éleveurs et agriculteurs. Dans l'Etat de Bayelsa, dans le sud pétrolier du pays, "des soldats ont envahi la communauté de Lutugbene lundi après-midi", a expliqué à l'AFP un responsable local, Austin Ozobo. "Ils ont incendié au moins 21 maisons", selon lui. Ils recherchaient des pirates responsables de l'attaque d'un bateau, dimanche, qui a fait six morts, dont 4 soldats. Les pirates sont des groupes armés qui mènent des attaques et enlèvements dans le Ggolfe de Guinée Une source sécuritaire, sous couvert de l'anonymat, a confirmé à l'AFP que le village avait été ciblé, mais affirmé que "seules les maisons appartenant à des pirates" avaient été incendiées. A plusieurs centaines de kilomètres de là, dans l'Etat du Plateau (centre du Nigeria), des sources locales ont affirmé à l'AFP que des dizaines de maisons avaient également été réduites en cendres mardi, après la mort de deux soldats. "Mardi matin tôt, des hommes armés ont tiré sur des officiers" dans cette région en proie aux violences entre éleveurs peuls et agriculteurs, "deux soldats ont été tués, et un blessé", a fait indiqué le porte-parole de la police locale, ASP Ubah Ogaba. Quelques heures plus tard, un leader de la communauté peule locale, Alhaji Shuaibu Bayero, a affirmé que "des soldats dans des véhicules et sur des motos sont arrivés dans le district de Barikin Ladi et ont mis le feu à nos maisons". "Nous avons compté 150 maisons brûlées dans 4 communautés", a ajouté ce chef traditionnel. "Ce matin, les soldats nous ont rassemblés et nous ont demandé de dénoncer les coupables, qui selon eux, se trouvaient parmi nous", a pour sa part affirmé Usman Adam, un résident de Gindin Akwati, l'une des quatre communautés touchées. "On a entendu que des soldats avaient été tués, mais c'est tout ce que l'on sait". "Après, ils ont commencé à mettre le feu aux maisons", a-t-il ajouté, soulignant que sa propre maison avait été détruite. Les forces armées nigérianes sont régulièrement accusées d'exactions contre les populations et de violations des droits humains, mais sont rarement inquiétées par les autorités. La semaine dernière, Amnesty International a appelé à une enquête sur des opérations de l'armée dans le nord-est du Nigeria, région touchée par le conflit des jihadistes de Boko Haram, où des villages ont également été rasés par les militaires. str-spb/stb

84. Sayı