AFP

Kosovo Serbie USA diplomatie défense 11 Şubat 2019 - 22:33

Barrière douanière: le Kosovo redoute des rétorsions américaines Pristina, 11 fév 2019 (AFP) - Le chef des forces de sécurité du Kosovo (KSF) redoute que les Etats-Unis ne revoient à la baisse leur coopération militaire en rétorsion à la barrière douanière imposée sur les produits serbes, selon une lettre rendue publique lundi. Dans un courrier au président Hashim Thaçi publié dans les médias locaux, Rrahman Rama, patron des KSF, l'informe d'une réunion le 8 février avec l'attaché militaire américain, le major Christopher Connor. Selon le courrier, celui-ci "a prévenu que désormais les actions d'entraînement, de formation, et les visites d'ordre militaire pourraient être annulées, sauf si le gouvernement de la République du Kosovo réfléchissait à sa décision". Le Premier ministre Ramush Haradinaj a imposé en novembre des droits de douane de 100% sur les produits d'importation de Serbie. Il a prévenu qu'il ne reviendrait sur cette mesure qu'en cas de reconnaissance du Kosovo par Belgrade. La mesure s'applique à la Bosnie dont la composante serbe, la Republika Srpska, fait barrage à une reconnaissance du Kosovo par Sarajevo. Dans un désaccord public au sein de l'Exécutif, le président Hashim Thaçi souhaite que le gouvernement renonce à cette barrière douanière, ce qu'exigent les Etats-Unis, principal allié du Kosovo. La Serbie a prévenu qu'elle ne reprendrait pas le dialogue de normalisation des relations avec Pristina tant que cette mesure douanière serait en place. Ces discussions sont au point mort depuis des mois. La Serbie refuse l'indépendance du Kosovo et inscrit dans sa Constitution sa tutelle sur son ancienne province méridionale. Elle en avait effectivement perdu le contrôle en 1999 après une campagne de bombardements occidentale qui l'avait forcée à retirer ses troupes qui combattaient une guérilla indépendantiste kosovare albanaise. Ultime conflit ayant entraîné l'explosion de l'ex-Yougoslavie, cette guerre avait fait plus de 13.000 morts, en grande majorité des Kosovars albanais. Depuis cette date, la sécurité du Kosovo est assurée par une force internationale menée par l'Otan, la Kfor, dont le commandant, le major-général italien Lorenzo D'Addario, a appelé les responsables des deux camps à la "retenue" dans leurs discours et leurs prises de position. ih/ng

76. Sayı